Générations Futures facebook Twitter Rechercher Télécharger Email
Je fais un don

Partager

Actualités

Communiqué de presse du groupe local Montpellier (juin2017)

Riverains victimes des pesticides : que faire ?

 

 

4,5 pour le blé, 36 ,4 pour la pomme, 13,3 pour la vigne ou 7,5 pour la fraise[i] : voici le nombre de traitements moyens de pesticides que ces cultures reçoivent chaque année.

 

Le groupe local de Montpellier Générations Futures tient à attirer votre attention sur le fait que tous les riverains de cultures intensives dite « conventionnelles » ou « raisonnées » [ii] subissent ces traitements qui peuvent se révéler néfastes pour leur santé. Les personnes dites vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées) sont particulièrement concernées.

Nous recevons chaque année de plus en plus de témoignages à ce sujet. Cette situation ne doit plus être tabou. Il est primordial de faire entendre vos voix !

 

Pour vous protéger de ces toxiques l’une des premières mesures simples à mettre en œuvre est de fermer vos fenêtres lors des épandages afin de limiter la dispersion dans vos bâtiments des gouttelettes et embruns de pulvérisations. Vous pouvez aussi planter des haies denses et hautes qui pourront servir de barrière naturelle aux produits.

 

Deuxièmement, il est important d’engager un dialogue cordial avec l’exploitant agricole ou le salarié afin qu’ils puissent prendre des mesures pour limiter votre exposition à ces produits Vous devez savoir que ces produits doivent rester cantonnés à la parcelle cultivée (article 2 de l’Arrêté du 12 septembre 2006). En outre, l’agriculteur ne doit pas traiter par vent (niveau 3 sur l’échelle de Beaufort : les feuilles des arbres frémissent sous l’action du vent). De même, en fonction de la nature du produit et de son autorisation de mise sur le marché, certaines zones sans traitement (allant de 5 à 20m) peuvent être à respecter à proximité des habitations ou des lieux qui accueillent du public vulnérable.

 

Enfin, s’il est impossible de trouver un accord amiable ; notre association peut vous aider en vous apportant des éléments de réponse, vous accompagner auprès du maire de votre commune afin de travailler à la conception d’une charte avec les agriculteurs, dans laquelle il pourrait être demandé de poser des filets brise-vent, des haies végétales, de prévenir les riverains des heures de pulvérisation, voire de passer les parcelles qui jouxtent votre habitation en agriculture biologique.

 

Nous avons suffisamment de témoignages de victimes au niveau national pour être inquiets de la situation mais aussi pour démontrer l’urgence à agir. Alors n’hésitez pas à contacter notre groupe local : montpellier@generations-futures.fr si vous souhaitez plus de renseignements sur vos droits en tant que riverains et victimes des pesticides.

Plus d’informations sur ce sujet des riverains sur notre site https://www.generations-futures.fr/actions/victimes-des-pesticides/ et dans notre brochure http://www.youblisher.com/p/1182944-Riverains-victimes-des-pesticides-cette-brochure-repond-a-toutes-vos-questions/

[i] Source : http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/

[ii] Agriculture raisonnée : appellation apparue en 1993 à l’initiative de firmes vendant des pesticides. L’agriculture raisonnée, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, ne prévoit pas de réduction d’usage des pesticides. A contrario la production intégrée n’a recours aux pesticides qu’en dernier ressort (si une infestation survient) et prône la réduction d’utilisation des pesticides.

[1] Source : http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/

 

[1] Agriculture raisonnée : appellation apparue en 1993 à l’initiative de firmes vendant des pesticides. L’agriculture raisonnée, contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, ne prévoit pas de réduction d’usage des pesticides. A contrario la production intégrée n’a recours aux pesticides qu’en dernier ressort (si une infestation survient) et prône la réduction d’utilisation des pesticides.

 

Agissez

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité

En complétant ce formulaire, vous acceptez que l'association Générations Futures, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales
×